Blog Infos

Premier article : Génèse

Pourquoi ? D'où vient cette idée saugrenue de vouloir faire un potager en "sol vivant" ?


Trois raisons essentielles :

1. D'abord pour stocker du carbone
Le raisonnement est simple : un sol contient en moyenne 1,5% de matière organique (MO). Un sol fertile peut en contenir 10 % de plus, ce qui représente environ 30 kg par m². 
Traduit en élément carbone cela donne 17,5 kg par m².
Traduit en CO2, unité de mesure utilisée communément, cela fait 64 kg par m², valeur que nous arrondirons à 60 kg de CO2 par m².
Un français rejette en moyenne 11 tonnes de CO2 par an, on arrondit à 12, soit 12 000 kg. Il faut donc stocker du carbone dans 200 m² pour compenser la production de CO2 d'un français en 1 an.
Mais comment stocker ce carbone dans le sol ? Tout simplement en transformant des surfaces à 1,5% de MO en surfaces potagères (ou maraîchères) cultivées selon des préceptes de "sol vivant", préceptes et techniques je décrirai dans de prochaines proses.
On peut considérer qu'il faudra 3 ans pour faire monter un sol de 10% de MO et ainsi stocker le CO2 produit par le français moyen.

2. Ensuite pour bénéficier de fruits et légumes sains et vitaminés :
Faire pousser avec succès ses légumes va libérer de la satisfaction, va générer de l'activité physique et va permettre de vraiment faire le plein de vitamines.
Les fruits et légumes cultivés loin et à grands renforts de pesticides, de fongicides ou d'herbicides, non merci ce ne sera plus pour vous. 
Donc, faire son potager c'est bon pour le moral, c'est bon pour le corps et donc pour la santé !

3. Parce que c'est bon pour la biodiversité et que ça économise des masses de produits chimiques, engrais et phytosanitaires, anti-germinatifs et autres retardateurs de mûrissement mais aussi des centaines de kilomètres de camions, d'avions, de paquebots transporteurs et colporteurs d'énormes pollutions.
Un sol vivant n'a pas besoin d'être travaillé mécaniquement en profondeur, il n'a pas besoin de produits chimiques ou de traitements. Il doit être couvert et recevoir de la MO issue du recyclage (compost, engrais verts, BRF, engrais urine, marc de café, coquilles d'oeufs, purins).
Et si le sol est vivant, il va contenir de grandes quantités de bestioles (qui feront l'objet d'un prochain post) qui feront le travail de mobilité des nutriments du complexe argilo-humique. Ces bestioles bien en place repousseront les attaques de pathogènes. La conséquence hors sol sera le développement d'une vie aérienne pour le plus grand bonheur des insectes, oiseaux, reptiles, batraciens et mammifères.

Trois raisons qui motivent à promouvoir la transformation de "pelouses" en potagers sol vivant. En agriculture, l'agroforesterie, dont on s'inspirera semble la voie la plus prometteuse pour concourir à nous sortir de ce pétrin qu'est le réchauffement climatique. Le projet 4 pour 1000 va dans ce sens et je fais le pari que cette solution sera prochainement vue comme une solution "boue de sauvetage" par nos dirigeants.
Il est impératif et urgent de changer les choses dans leur fonctionnement systémique : soit nous le ferons en construisant intelligemment la transition, soit nous la subiront violemment comme une contrainte obligatoire qui nous fera régresser.

Il reste à chacun de "cultiver son jardin" pour que le Monde redevienne un jardin d'Eden ! Ne soyons pas candides ni immobiles : Commençons maintenant !


 

Something Isn’t Working…

Refresh the page to try again.Error: 001a000a0059402880f400db00b7008d